La vidéo montre le travail du dentiste pour refaire les dents de devant avec des couronnes zircone et celles du fond avec des couronnes céramo-métal. Prises d’empreintes, enregistrement de l’occlusion, préparation des dents, pose de couronnes provisoires, essayages, réglages, pose des couronnes définitives, réglage. Sourire !

Vidéo montrant le travail du dentiste : Bridge zircone / céramo-métal

Interview du patient à la fin de ses soins dentaires en Hongrie

Transcription de la vidéo « Bridge zircone sur les dents de devant »

Bonjour, merci d’accorder un moment pour une interview. Ce matin, vous venez de terminer les soins ? Alors, pouvez-vous nous dire ce que ces soins concernaient ?

En fait, je suis la première fois, parce que j’avais un problème d’esthétique. J’avais beaucoup d’écartement des dents.

Les dents de devant qui étaient écartées ?

Oui, les dents de lait qui n’ont jamais poussé. Au début, j’ai donc vu le docteur Suba, qui m’a conseillé de mettre des couronnes.

Vous êtes venu une première fois juste en consultation ?

Oui, pour une consultation et après, il m’a envoyé voir un spécialiste pour une dévitalisation.

Avec microscope ?

Oui, et après, ils m’ont donné rendez-vous pour continuer les soins. Et là, je suis venu deux semaines pour finir les soins.

Donc, 6 couronnes en zircone sur l’avant avec deux bridges de 3 dents, 3 couronnes céramo-métalliques au fond à gauche et à droite ?

Oui.

En tout, 12 couronnes. Refaire toutes les dents du hait, une partie zircone, et une partie céramo-métal pour les dents du fond. Et il y a eu un peu de dévitalisations ? Une dent dévitalisée ?

Non, les prémolaires et molaires. Pareil, il m’a envoyé chez le spécialiste avec microscope.

Et la dévitalisation de la molaire, c’était au moins deux heures ?

Oui, deux heures, pour 3 canaux. C’est un travail très minutieux.

Et ça s’est bien passé ? Je me souviens, au début, on discutait, et la situation n’était pas évidente à cause de l’espacement. On a beaucoup échangé, car il n’est pas évident de se comprendre entre ce que le dentiste voulait faire et quelles étaient vos attentes.

En effet, au début, j’avais mon idée à moi, et après, quand je suis venu voir le docteur Suba, ce qu’il m’a conseillé, j’étais content. Je lui ai fait confiance. En fin de compte, le résultat est nickel.

Au final, l’esthétique, c’est bon, parce que c’était important.

A mon âge, il fallait faire quelque chose. Il ne fallait pas que ça dure comme ça. Je suis content.

Au niveau de l’hébergement, de la partie tourisme dentaire, en cette période, ce week-end, il y avait la Grand Prix de Formule Un, le championnat du monde de natation, les prix ont doublé. Mais en faisant des recherches, on a pu trouvé un AirBnB, relativement proche, à 27€.

Franchement, c’était pas mal. En plus, l’appartement se situe juste à côté du centre commercial Mammut, à côté. Il y a tout à côté, rue piétonne, cafés, restaurants, et c’est un appartement qui est propre, avec ce qu’il faut à l’intérieur, comme chez soi.

En fait, j’ai fait une boulette, car j’aurais dû dire l’horaire d’arrivée, mais ce qui était bien, c’est que vous aviez le papier d’AirBnB, et la fille est française. Un coup de fil et elle vous a accueilli.

Oui, elle m’a donné le code pour rentrer, elle est venue me voir à 16h00, on a discuté un petit peu et tout s’est bien passé.

Normalement, on réservé l’hébergement après avoir le billet d’avion. Mais là, quand j’ai vu le prix, je n’ai pas attendu d’avoir le billet. Mais après, j’ai oublié de l’informer sur l’heure d’arrivée. Mais tout s’est bien passé. Et sinon, Budapest ?

Ah oui, c’est nickel, c’est une ville vivante. On dirait que les gens ne dorment pas. Et surtout, il y a la sécurité.

Vous aviez un petit peu peur, avant, de venir à Budapest ? C’est la première fois ?

Oui, mais j’ai l’habitude de voyager. Ce qui m’a marqué, vraiment, c’est ce sentiment de sécurité. Quand vous voyez une fille en mini-jupe qui se promène tranquille à minuit, c’est différent que la France.

J’ai un patient qui me l’a aussi signalé. Bon, il y a un peu plus de policiers, avec les événements liés au championnat du monde de natation, mais sinon, il n’y pas une telle présence policière. Ce patient me soulignait, que par rapport à l’état d’urgence en France, ici, c’est beaucoup plus décontracté.

Oui, les gens vivent leur vie tranquillement ici.

Je le précise, oui, car la plupart des gens ont une idée négative de Budapest. Ils sont toujours agréablement surpris, tant mieux.

Oui, il faut venir en Hongrie, la vie est bien, la ville, pas trop chère. Il y a tout ce qu’il faut, pour passer des vacances et en même temps faire des soins.

La prochaine fois, on se verra pour le contrôle, dans un an environ.

Oui, l’année prochaine.

En espérant que tout se passe bien.

Normalement, oui, j’espère bien. Il n’y a pas de souci. De toute façon, le docteur Suba est un médecin, c’est un professionnel.

Vous avez eu la bonne intuition au départ ?

Depuis le départ. En fait, j’avais vu deux médecins, et après, je me suis lancé sur lui. J’ai penché sur le docteur Suba, c’est celui qu’il me faut pour refaire mes dents. Et ça s’est bien passé. L’équipe est gentille, franchement, rien à redire.

Merci, et bon retour sur la France, on reste en contact. Maintenant, on va en profiter un peu pour se baigner, car il fait quand même 38° aujourd’hui. Je vais alors vous emmener dans un petit parc au milieu de la forêt, pour finir en beauté.

D’accord, je vous remercie beaucoup. Merci, c’est grâce à vous que je suis là.

Merci, au revoir.

Au revoir.