Le traitement a commencé en Mai 2016 par des extractions et la pose de prothèse provisoire. En Août la pose des implants dentaires et en Décembre la pose de bridge sur implant secteur prémolaire et molaire. Le patient donne son avis et explique le déroulement des soins qu’il a reçus à l’étranger, à Budapest en Hongrie.

Vidéo témoignage patient à la fin des soins dentaires en Hongrie

Transcription de la vidéo « Refaire les molaires absentes »

Bonjour, merci d’accorder un moment pour une interview. Les soins dentaires sont terminés. Alors, pouvez-vous expliquer un peu les soins, en combien d’étapes ça s’est réalisé ?
Alors, 3 jours au mois de mai, 3 jours au mois d’août, et là, 10 jours, pour la finition.
La première étape, c’était les extractions ?
Extractions de bridges, oui, une dent ou deux, je ne sais plus.
Pose de dents provisoires ?
Voilà, sur trois jours. La 2e étape, ça a été la pose des implants.
C’était combien de temps après, 3-4 mois après ?
De mai à août, 4 mois, oui.
Ça fait mal ?
Non, pas trop.
Et le lendemain, ça va ?
Oui, même le soir. Ça dépend des personnes.
Il n’y a donc pas de convalescence ?
Non, pas pour moi.
Il y a combien d’implants ? 4 implants ?
2 en bas à droite, 2 en bas à gauche et un en haut à gauche.
Ils ont été posés dans la même séance ?
Oui, mais c’est long, quand même, 4 heures.
Il y avait le comblement osseux, aussi, de fait ?
Non, c’était indécis, mais ça n’a pas été nécessaire.
Tant mieux. Et la dernière étape, donc, celle-là ? Vous êtes venus pour combien de jours ?
10 jours, parce que le premier jour, elle a tout préparé. Et après, il faut le délai du prothésiste. On a fait un essai au bout de 4 jours, le soir et après, je suis revenu hier pour la pose du définitif, 3 jours plus tard.
Et ce matin, le contrôle ?
Voilà, contrôle et pour dire au revoir.
Ça change, ça soulage ?
Oh oui, j’ai passé plusieurs mois, je n’avais pas de dents en bas. Faut s’habituer. C’est quelques jours d’adaptation et après, ça devrait le faire.
Par rapport à l’image que vous vous faisiez, grosso modo, des soins, comment ça allait se passer, des soins à l’étranger ? Est-ce que c’était comme vous le pensiez ? Mieux, moins bien ?
Mon épouse en avait déjà fait, donc je savais comment ça se passait.
D’accord.
Je ne suis pas le premier à être venu de la famille. Autrement, oui, c’est la distance. Cette année, j’aurai passé mes vacances en Hongrie, voilà. C’est bien, le climat n’est pas désagréable à Budapest. J’ai eu de la chance, il n’y a eu qu’une matinée de pluie.
Cette semaine, oui, beaucoup de ciel bleu. Frais mais ensoleillé.
C’est l’hiver.
On a même eu un weekend à 13 degrés, en décembre. C’était bien. Et vous venez d’où en France ?
Du sud-ouest, ça s’entend un peu, non ?
Oui, en effet. Et pour l’avion, avec escale ?
Toulouse, la première fois par Paris, la deuxième fois par Bruxelles et là, par Francfort. Et après, il y a des vols pour Budapest. Des vols directs du sud-ouest, il n’y en a pas.
Et on se débrouille à Budapest ? Vous parlez un tout petit peu anglais, non ?
Pas beaucoup.
Et finalement, vous vous débrouillez quand même ?
Oui. On se débrouille, bien-sûr, avec 3 mots d’anglais. Il n’y a pas beaucoup de Hongrois qui parlent français par contre.
Non, pas beaucoup, et encore moins de Français qui parlent le hongrois.
C’est un peu compliqué, j’ai l’impression. Mais heureusement, ils parlent tous anglais. C’est bien, c’est sympa.
Une bonne expérience dans l’ensemble. Il faut bien-sûr voir après pour les contrôles, ne pas perdre le contact avec la clinique.
Dans un an, à peu près ?
Voilà, en ensuite, les années suivantes, faire une radio de contrôle panoramique, détartrage annuel. Merci, en tout cas, pour ces explications et à l’année prochaine.
Merci, au revoir
Au revoir.