20 dents refaites en Hongrie : bridges zircone sur implant, greffe d'os

Bonjour Evelyne, vous êtes venue faire des soins dentaires en Hongrie. Là c’est terminé.

Je peux enfin rire !

C’était quoi comme soin ? Des soins importants ?

Oui assez importants quand même. J’avais des stellites et j’ai voulu remplacer tout ça, ne plus avoir d’appareils depuis longtemps et avec l’âge je voulais quelque chose de bien, de solide et de fixe. J’avais vu sur internet la possibilité de se faire soigner. J’avais déjà fait faire des devis en France et ça paraissait impossible. Ce que je voulais faire ça valait presque le coût d’une maison. J’ai regardé ailleurs et j’ai fait faire des devis ailleurs. J’ai vu plusieurs sociétés, j’ai regardé les blogs, puis j’ai téléphoné, j’ai pris des renseignements pour savoir où je pouvais m’adresser.

Vous avez été contactée par le docteur directement ?

Tout à fait, il m’a appelé. Finalement je me suis arrêtée sur le docteur qui pouvait me répondre, qui pouvait me parler et qui pouvait répondre aux questions que je posais, c’est-à-dire le temps, le coût, la solidité, les différents matériaux… surtout ce que je pouvais payer. Il y a répondu avec des radios j’ai tout envoyé par internet. On a discuté comme j’aurais discuté avec mon dentiste sauf que le mien ne me donnait pas de prix ni de délai. Je n’arrivais pas à avoir de vrai devis en France.

Là vous saviez où vous alliez.

C’est pour ça que je me suis décidée. J’étais étonnée qu’on puisse me faire des soins sur deux semaines. Une semaine lors du premier séjour et une semaine 4-5 mois après.

La première étape était la pose des implants ? Il n’y a pas eu d’extractions à faire ou de soins ?

Si j’ai eu une extraction d’une racine qui datait de vingt ans, d’un morceau d’acier dans ma bouche. Ils m’ont tout enlevé. L’intervention a peut-être duré quatre heures et je m’attendais à souffrir terriblement, je n’ai jamais souffert. On m’a posé huit implants le premier jour.

Vous avez eu un comblement de sinus ?

Oui parce que j’avais une mâchoire qui était trop étroite.

Vous n’avez pas eu de bleu ? Vous n’avez pas gonflé ?

Non. J’ai fait attention. On m’a conseillé de mettre de la glace, je l’ai fait un jour ou deux et c’est tout. Je suis épatée et quand j’en parle on me dit « t’as dû souffrir ».

Lorsque l’on sort de l’intervention on va se reposer généralement. Il faut une journée de repos mais dès le lendemain vous étiez en forme?

Le premier jour j’ai mangé normalement. Le docteur m’a conseillé de manger régulièrement et normalement, donc c’est ce que j’ai fais. Je suis restée tranquille un jour ou deux et puis après j’ai attaqué la visite de Budapest. J’ai mangé tout de suite normalement. Le premier jour j’ai demandé si je devais manger de la soupe pendant une semaine. Ils m’ont dit que je pouvais manger de la viande, normalement.

Avec les dents provisoire?

Tout à fait.

C’est ce qu’on appelle un dentier. Vous avez les implants et on pose une prothèse amovible en haut, entre guillemet on appelle ça un dentier. Ce n’était pas inconfortable ? Souvent il faut l’avouer que c’est inconfortable. La dame, juste avant, a eu beaucoup d’extractions , au début c’était très difficile. Comme je vous le disais il y a des patients pour qui ça se passe très bien et d’autres pour qui c’est insupportable. Donc vous ça s’est bien passé.

Oui mais j’ai eu quand même par moment…je n’étais pas très bien avec ma prothèse surtout quand ma mâchoire a enflé un peu, très peu d’ailleurs. Ils m’ont au fur et à mesure râpé l’appareil pour qu’il s’adapte mais j’étais vraiment très surprise du service.

C’est surtout au deuxième jour du contrôle, ensuite c’est une thérapie au laser pour améliorer la cicatrisation. Je n’ai pas eu d’autres soins. Ils font une grosse intervention puis ensuite c’est du suivi.

Je suis très surprise de cette qualité de service et du résultat.

La première intervention c’était quel mois?

En novembre, l’année dernière. Au mois de mars on m’a posé les dents définitives. J’avais huit implants et 4-5 bridges. Ils m’ont remplacé une vingtaine de dents en tout.

Donc la première étape en novembre c’était quoi?

La pose de la base des implants, les vis, le comblement d’os et l’extraction en même temps le même jour. J’ai eu des contrôles, avant l’opération on m’a fait faire des scanners. Ils ont contrôlé tout ce que j’avais déjà fait en France.

Ensuite, au mois de mars, donc quatre mois plus tard on vous pose les dents définitives au lieu des implants et des bridges. Et là en novembre vous revenez pour?

Alors, je suis revenue parce que cette été en croquant un morceau de pain grillé ou autre, je ne sais plus, j’ai cassé un morceau de bridge.

C’est vous qui avez les dents en zircone?

Oui.

Ah ils m’en avaient parlé d’une dame qui allait revenir pour ça.

Pour eux le zircone ne devait pas casser mais là je ne sais pas ce qu’il s’est passé. J’ai rappelé je suis revenue et là je suis venue une semaine en vacance finalement. Ils m’ont refait la partie qui était abîmée car j’avais quatre grands bridges.

Donc il n’y a pas eu besoin de tout refaire, mais juste une partie.

Juste une partie, mes implants n’avaient pas bougé et ils ont refait les bridges. Ils ont refait deux dents mais ils ont tout refait pas l’implant complet.

En fait pour une dent de cassé ils ont refait tout le bridge.

Un quart de ma mâchoire a été refaite. J’étais étonnée aussi mais ça faisait partie de ma garantie a dit le docteur.

Donc il a tout refait gratuitement, c’est gentil ! On le dit pas trop, à ce qui paraît ce sont des choses qui ne se disent pas au début pour éviter les abus. Les gens viennent mais c’est vrai que j’avais déjà eu le cas où un monsieur est revenu , il avait une dent de cassée. Le patient a fait l’effort de revenir et il n’a rien payé. Le docteur n’a pas dit tout de suite venez on va tout vous offrir. Le patient a été gentil il a fait l’effort de revenir et le docteur a entièrement fait les soins.

Si c’était à refaire je le referais!

Des points négatifs? Ca peut arriver… Au bout d’un an est ce que c’est fonctionnel? Qu’ont dit vos amis?

Que c’est incroyable. Ils me disent que c’est un beau travail et en même temps d’ailleurs des amis en France se les ont fait faire et c’était beaucoup plus coûteux. Ils sont surpris de voir le travail et le soin, l’hygiène, tout quoi… Je n’ai vraiment eu aucun problème. Je suis contente parce que finalement en très peu de temps tout a été fait.

C’est vrai que chaque jour est mis à profit. Il devait terminer demain le bridge, finalement c’est fini un jour plus tôt, ça permet de fêter ça ce soir au restaurant. On va faire les essais.

J’avoue que je remercie beaucoup la clinique pour son sérieux.

Merci de nous avoir accordé un peu de temps, c’était un plaisir. A tout à l’heure au restaurant pour le dernier test.

Pour le vin ça ira.

Il faut accentuer sur le fait qu’ils sont très efficace.

Le patient est souvent loin donc on ne peut pas le faire venir six fois! Peut-être qu’en France on prend plus de temps mais il ne faut pas faire la course non plus. Plus on concentre, plus on peut prendre des risques, mais on ne peut pas faire revenir le patient six fois. Peut-être que des fois ils se sont adaptés et peut-être qu’en Hongrie, les prothésistes qui ont du travail ici mettent plus d’énergie et ils ont un temps de réponse court. Quand ils envoient il y a une réponse aussi des laboratoires de prothèses qui est extrêmement rapide. Ils envoient le travail ils le reçoivent malgré qu’ils font trois prises d’empreintes. Ils font trois essayages : l’essayage à l’armature, l’essayage de la céramique mat et ils font un essayage avec la céramique finale. Ils font tous ces tests, ils font de multiples prises d’empreintes, ils font des empreintes en deux phases avec du matériel dur et du matériel souple. On est entrain de filmer tout ça pour l’expliquer au patient mais c’est un travail très complexe. Ils ne brûlent pas les étapes, ils font bien toutes les étapes. C’est nécessaire. Après bien sûr c’est le patient qui va voir. S’ils vont à l’étranger ils vont faire de grosse économies, s’ils vont revenir une fois après, deux fois après… Il ne faut pas venir pour une dent mais pour un gros travail. Il faut revenir. Il y a un contrôle à un an ensuite il y a un contrôle radio et je pense qu’il faut revenir les premières années pour faire un contrôle. Le docteur fait les contrôles gratuitement donc il faut en profiter. Même si vous faites un ou deux voyages et que vous voyez que tout va bien, vous pouvez faire du tourisme et profiter du lieu puisque vous allez juste pour un contrôle à la clinique.

C’est à deux heures de Paris, il faut la même chose pour traverser Paris!

C’est assez pratique, il ne faut pas hésiter à revenir après .

Je fais confiance. Quand on voit les reportages…

Il y a des cas simples, il y a des cas difficiles, là on va filmer un monsieur qui a perdu trois implants, un monsieur qui a des bleues on va le filmer aussi parce qu’on a montré ces derniers temps des vidéos tout beau mais il fume quand même un paquet de cigarettes par jour. C’est un monsieur qui a un certain âge et qui fume un paquet par jour. C’est beaucoup ! Est ce que c’est ça? Est ce que ce n’est pas ça ? Je ne sais pas mais fumer un paquet par jour c’est prendre de gros risques. On n’est pas à 3% d’échec mais là on va monter à un niveau beaucoup plus élevé. Il faut trouver une solution derrière. On a filmé jusqu’à présent tous les reportages où les gens sont content : 16 implants, 2 comblements, les gens sont frais comme des gardons le lendemain. On va filmer aussi les patients pour qui c’est un peu plus compliqué. Il y a des patients pour qui la prothèse provisoire est plus difficile à supporter, il y a des patients pour qui le visage va plus gonfler, d’autres auront des hématomes… Il y a des gens qui peuvent avoir une prothèse provisoire qui se desserre. Le principal c’est que la clinique soit là, que le patient comprenne qu’il peut y avoir une complication, qu’il prenne en compte les conseils et suive les directives du médecin. Chacun y met du sien et on trouve la solution.

C’est pour ça que je suis venue, c’est parce que j’avais confiance. Je sais que si j’ai un problème je peux revenir.

Vous n’étiez pas inquiète lorsque vous avez eu le bridge cassé ?

Pas du tout. A partir du moment où je les avais rencontré je savais qu’il allait y avoir une solution.

Merci et à bientôt pour avoir de vos nouvelles.

Merci beaucoup.