Pose 8 implants dentaires

Bonjour Carole tu viens de terminer la deuxième partie des soins, la première c’était les extractions et quelques mois après la deuxième pour la pose des implants.

C’était fin juin. La nous sommes à la fin octobre, donc c’est la pose des implants.

Oui, 8 implants.

Le plan de traitement était parti sur six au départ ?

Même pas ! Au tout départ on était parti sur quatre parce que comme j’avais peu de matière osseuse on ne pensait pas pouvoir faire plus. On était parti sur quatre. J’avais demandé six et on m’avait dit qu’on le ferait si c’était possible. Il y avait beaucoup de chance pour qu’on puisse m’en mettre six.

Et pour les extractions ?

Je ne l’ai su qu’en arrivant ! Ça a été une heureuse surprise parce que là on m’a dit six, voire huit à l’opération si possible. Donc déjà j’étais contente d’en avoir six, et au fur et à mesure on est passé à huit.

Huit c’est les prothèses fixes.

Oui, celles qui tiennent définitivement en place et qui ne nécessitent pas forcément d’entretien, on n’est pas obligé de l’enlever à chaque fois.

Vous êtes jeune en plus. Vous n’avez pas eu de chance. On en discutait, c’est un problème génétique.

Je commençais à perdre mes dents à 25 ans. Elles ont commencé à se casser les unes après les autres. En France on a essayé de poser un bridge. On m’a posé un provisoire pendant une année mais finalement ça ne servait à rien. On a été obligé de tout extraire. Les implants n’étaient même pas sûrs, on ne pouvait rien faire sans une grosse greffe osseuse. En bas j’ai gardé exprès mes racines pour pouvoir faire ces implants, en espérant pouvoir les faire. J’ai souffert le martyr pendant longtemps avec des os et des dents complètement détériorés en espérant trouver le grand chirurgien qui m’opérera. Je l’ai trouvé !

On pose huit implants. Lorsque c’est une intervention lourde, deux dentistes s’en chargent. Il a posé 8 implants. C’était quand ?

Mardi.

Là nous sommes vendredi soir.

Et au niveau des douleurs ?

La première nuit est difficile. J’étais contente d’avoir des anti-douleurs mais j’en ai eu besoin que la première nuit. Par précaution, j’en ai pris un le lendemain après-midi mais je n’avais pas particulièrement mal. J’étais un peu enflé een bas de la mâchoire. C’était plus une gêne que de la douleur. La douleur ça a vraiment été les premières heures, au moment du réveil après l’intervention. Une fois que j’avais dormi, au réveil c’était gonflé mais après ça allait.

Et quelques jours après ? C’était quasiment tout dégonflé. J’ai pu remettre mes dents dès le lendemain. Les deux opérations se sont bien passées.

C’est vrai qu’on s’est rencontré le lendemain et tu as pu mettre la prothèse. Le docteur n’a même pas eu besoin de rebaser, ça allait. Comme c’est encore gonflé ça prend toute la place.

La prochaine étape ce sera dans six mois, au mois d’avril pour la pose du bridge. Pour les implants vous travaillez avec Alpha-Bio et Nobel Biocare. Nobel qui est la marque supérieure.

Etant donné les problèmes que j’ai eu jusqu’à maintenant je préférais quelque chose de qualité. C’est le temps qui me dira si j’ai fait le bon choix.

D’accord, merci pour ces informations. Sinon rien d’autre de spécial ?

Non, j’étais un peu impressionnée quand je suis arrivé sur le siège, le docteur était très calme et très pro. Ça m’a vraiment détendu et je me suis vraiment sentie en confiance. Le docteur est très doux, on a un bon suivi.

Au niveau du séjour ce sont eux qui ont tout organisé ?

Oui, tout par mail. La première fois on était logés dans un secteur qui, je trouvais, était un peu loin de la clinique, on s’est rapproché, il y avait internet dans tous les appartements, on était logé à 50 mètres de la clinique, vraiment au top.

Merci d’avoir donné ces informations et bonne continuation. J’espère que l’on se reverra à la fin du traitement.

Oui on fera un point.

Bonne journée, au revoir !