Comment cela se passe durant et après l'intervention chirurgicale

Je suis ici parce que j’avais besoin de soins dentaires. Ayant vu le nombre élevé de soins à prodiguer, j’ai bien pensé qu’en France je n’arriverai pas à financer ce que je voulais: le port d’un appareil définitif. J’ai recherché par internet, j’en ai parlé avec mon dentiste en France qui m’a dit que la Hongrie était un très beau pays en ce qui concerne la qualité technique des dentistes. J’ai pris mon cheval de bataille je suis allé sur internet, j’ai visité plusieurs sites et je me suis retrouvé avec vous et c’est comme ça que j’ai sélectionné la Hongrie en priorité et le docteur Suba. J’ai quand même pris la précaution lors de mon premier voyage de trouver deux autres dentistes qui n’est pas dans votre répertoire pour avoir une approche assez technique de l’ensemble. Je suis arrivé en Hongrie également grâce à la complicité de la secrétaire du docteur Suba qui à mon grand étonnement parlait en français, ce qui m’a permis de débroussailler sur ma venue ici, sur le plan administratif, sur le plan des horaires, sur le plan des hôtels. Elle m’a donné de très bon conseils. Le premier voyage, je suis arrivé en Hongrie et dès le lendemain j’avais rendez-vous avec docteur Suba. Il m’a très bien expliqué le traitement que je voulais. Il m’a d’abord fait définir ce que je souhaitais en premier. Moi j’ai précisé que je venais ici pour quelque chose de pratique. Je ne voulais surtout pas un dentier et pas de prothèse amovible car j’en ai déjà. J’ai demandé une solution qui ne soit ni trop cher ni trop pauvre. Le premier projet rentrait dans ce que je voulais mais le docteur Suba n’était pas satisfait, c’était un minima. Il m’a conseillé de me diriger vers d’autres solutions. Je me suis orienté vers une implantologie de plusieurs implants avec quelques couronnes.

Quelle était la solution minima?

J’avais deux implants de chaque côté.et je me faisais des ponts.

C’était une solution qui se clipse et qui se défait. Ce n’était pas terrible comme solution mais ce n’était pas trop cher à financer. On a choisi la solution d’implanter 8 implants.

Qui est fixe et définitive.

Voilà. Donc, j’ai quand même vu les deux autres dentistes, ils m’ont très bien accueilli mais ils n’ont pas la qualité du docteur Suba. Il comprend, il sait m’écouter. Il sait que j’avais besoin de plusieurs mois pour me décider. Les autres semblaient plus commerciaux, il fallait que je me décide très vite. C’est comme ça que j’ai choisi le docteur Suba, il a su enlever mes inquiétudes. On ne vient pas là serein, on ne sait pas ce qui nous attend. Il y a la barrière de la langue, je ne parle ni hongrois, ni anglais, ni l’allemand donc je suis un peu isolé. Etant donné que j’avais accepté son plan de traitement il m’a proposé de faire la première étape dès ce premier voyage, c’est à dire l’extraction. Il m’a arraché six dents.

La première fois vous veniez juste pour la consultation?

Oui et pour le devis. Il m’a dit si on ne fait rien maintenant vous allez être obligé de revenir une fois de plus donc j’ai accepté. Il m’a arraché les six dents le vendredi et je partais le samedi matin.

Il vous a fait une prothèse provisoire pour partir?

Non je l’avais déjà, il m’a rebasé.

En première partie vous avez donc fait les extractions. Ca s’est déroulé sur combien de jours?

Je suis venu une semaine avec ma femme. Ca m’a permis de repérer tout le coin. La secrétaire est très efficace, on prépare ensemble le voyage, on fixe les dates, tout tourne normalement comme si on était en France. Le plan d’attaque du traitement a commencé le lendemain de mon arrivée. Ce n’est pas le docteur Suba qui m’a fait l’implantologie.

C’est un chirurgien maxillo-facial qui fait tout les chirurgies bien avancé. Vous avez eu dix implants et deux sinus lift. C’était vendredi?

Jeudi. Je suis arrivé au cabinet. L’inconvénient c’est qu’il ne parle pas du tout français donc ça m’a un peu inquiété parce que je ne savais pas quoi dire mais finalement il s’est bien occupé de moi. Dès que je disais que j’avais mal il arrêtait. Excellent professionnel je n’ai rien senti. La seule chose que j’ai senti c’est les douleurs pour m’endormir, sinon aucune douleur! Ils sont très à l’écoute.

Pour vous ça c’est bien passé car c’est important quand même dix implants et 2 sinus lift. Il peut y avoir des hématomes, on peut bleuir ce qui n’est pas très élégant. Vous vous avez eu des gonflements jusqu’à ce week-end et aujourd’hui ça va.

Je voudrais quand même préciser la compétence technique du docteur et de ses assistants. Au bout de quatre heures d’intervention ma tension artérielle avait montée et elle ne descendait pas. Le docteur voulait m’envoyer à l’hôpital mais je n’ai pas voulu. Une quinzaine de minutes après elle avait rechutée mais elle est remontée donc il était inquiet. J’ai signé une décharge comme quoi je ne voulais pas aller à l’hôpital. Quand on reste quatre heures craignant la douleur, même si elle ne vient pas, on a une tension nerveuse très forte donc la tension monte c’est normale. Au bout de 20-30 minutes ils m’ont laissé partir mais très inquiet. Le docteur Suba m’a appellé à l’hôtel en me demandant si ça allait.

Il vous a laissé ses coordonnées.

J’ai trouvé ça très bien, je ne me sentais plus seul. Effectivement le lendemain j’étais bien gonflé comme prévu. Je n’ai pas du tout ressenti de douleur, j’ai appliqué ce qu’ils m’ont dit de faire. Ils m’ont dit de prendre un cachet de calmant toutes les cinq heures mais je n’ai absolument pas eu mal.

Ils vous ont donné des poches de glace?

Ils m’ont donné les compresses en gel que j’ai mis au frigo. J’ai appliqué ça toutes les heures et finalement trois jours après je suis pratiquement désenflé. Le seul truc c’est qu’on ne peut pas manger. J’en ai marre de manger de la soupe et de la purée.

Du poisson, des pâtes, une alimentation molle…

Oui donc aujourd’hui je vais peut-être manger des pâtes. Pendant trois jours je me sentais capable de manger que de la soupe et de la purée.

Mieux vaut être prudent les premiers jours.

On m’a bien expliqué ce que je devais faire et pas faire. Je me suis lavé les dents entre chaque repas, j’ai appliqué son protocole de soin et finalement je vais bien. Je ne fume pas, je n’ai pas bu d’alcool. Je peux dire objectivement que je suis satisfait de ce que m’a fait docteur Suba. On verra la finalité lors de mon prochain voyage dans six mois. Là je verrai le travail accompli. Je ne doute pas une seule minute du résultat, je viens en confiance. J’ai été très bien accueilli je n’ai plus d’anxiété.

Merci pour toutes ces informations précieuses pour les gens qui écoutent. On voit que docteur Suba ne travaille pas pour l’argent, il gagne bien sa vie mais il sait faire le petit geste qui marque. Par exemple moi je ne voulais pas continuer et en mettre davantage mais il m’a dit qu’il pourrait me mettre deux couronnes supplémentaires à ses frais pour que ma bouche soit mieux, c’est génial.

Il n’aime pas faire des remises au départ parce qu’au cours du traitement il peut y avoir des surprises et ça permet d’adapter justement s’il faut mettre un implant supplémentaire ou qu’il faut une couronne en plus. Ca permet au fur et à mesure du traitement de donner des cadeaux plutôt que de parler de remise et de langage marketing au début.

Je connaissais les prix en France, quand j’ai vu les prix ici il n’y a pas photo.

On reste en contact.

Une dame m’avait téléphoné.

C’est ma collègue qui suit le dossier.

Moi je fais toute l’information de base parce que ça fait sept ans que je travaille avec les dentistes. Ca fait trois mois que je suis à Budapest donc ça permet d’avoir une bonne information de base et pour informer les patients au départ on ne peut pas donner l’information à peu près. Je préfère m’occuper de l’information de base par contre pour le suivi des dossiers c’est ma collègue qui demande au patient quand sera la prochaine étape des soins, si tout s’est bien passé… On suit le patient même quand les soins sont terminés. On demande au patient s’il est d’accord pour conserver son dossier et prendre des nouvelles à deux mois, six mois et ensuite chaque année. Ca nous permet d’avoir un recul sur les soins effectués parce que les patients espèrent que ça dure dans le temps et nous on est là pour nous en assurer. Ca rassure le patient de voir que l’on ne disparaît pas après les soins et pour rappeler aux patients de faire un contrôle parce que c’est assez surprenant mais les patients disparaissent une fois les soins finis, ils disparaissent, ça ce n’est pas bien du tout parce qu’il faut le patient donne des nouvelles. Il faut qu’il fasse au moins une panoramique dentaire ou un contrôle. Qu’il revienne chaque année ou tous les deux ans pour qu’ils puissent constater s’il y a un problème et le traiter rapidement. Éviter que ça empire et que ça devienne pire par la suite. Nous on est là aussi pour faciliter ce travail du dentiste.

Je ne dis pas que je vais revenir tous les ans mais s’il faut faire une panoramique et l’envoyer je le ferai.

Au moins les premières années faire une panoramique dentaire. Ensuite inverser panoramique dentaire et visite à Budapest. On rappelle au patient de garder contact avec les docteurs. Merci encore pour toutes ces informations et à la prochaine étape. Au revoir.

Au revoir!